Imprimer
Affichages : 1213

Investir au gré de ses passions

Bijoux, montres de luxe, oeuvres d'art, livres anciens, vins, forêts… Il existe une large palette de « placements plaisir » permettant d'allier centres d'intérêt personnels et rendement purement financier.

thumb 638663 0203201429724 web teteQuand on parle de placement plaisir, il faudrait mettre le mot plaisir avant celui de placement. Acheter un tableau ou une sculpture relève de l'émotion et du goût (voir page 35). Il peut être question de prestige social, mais aussi d'un projet de vie. On assouvit sa passion pour le vin en achetant un vignoble ; pour la chasse, en acquérant une forêt. Opter pour les montres, les timbres ou les livres anciens traduit également l'âme du collectionneur.

 

Effet parachute

Mais le plaisir n'est pas l'unique motivation des acheteurs. Les Français qui investissent dans des oeuvres d'art, des vins, des montres ou des bijoux précieux sont généralement dotés d'un patrimoine déjà important et diversifié. Suivant ses goûts et ses moyens, les placements passion sont alors vus comme une classe d'actifs alternative. En période de crise économique et face aux aléas boursiers, ils rassurent.

C'est le cas des vins, vignes et forêts. Ces actifs dits tangibles ou réels, non délocalisables, supplantent pour certains les valeurs papier comme les actions ou les obligations. Quand bien même des banques feraient faillite ou un Etat serait en cessation de paiements, ces placements subsisteront. « Les forêts et la vigne, observe Benoît Léchenault, responsable d'Agrifrance, département de BNP Paribas Wealth Management, ont pour points forts de se comporter comme un placement contracyclique et comme une valeur refuge : quand les marchés boursiers tournent au ralenti, ces investissements évoluent sur une tendance haussière. Ils font office de parachute dans un patrimoine. »

En outre, note Delphine Couturier Brochand, fondatrice du cabinet d'investissement Fin'Art Consulting, « les investissements plaisir comme l'art font partie des rares actifs qui disposent d'une fiscalité avantageuse. Ce sont aussi de précieux outils de transmission. » Mais la fiscalité n'est pas tout, tempère Pascale Baussant, de Baussant Conseil : « Beaucoup de clients commencent à ne regarder que l'aspect fiscal et s'orientent vers ce type de placements sans avoir de goûts particuliers. Je pense que c'est une erreur. »

Attention aux chausse-trappes

La rentabilité n'est d'ailleurs pas la priorité. La plupart de ces placements ne génèrent pas de revenus et la plus-value est souvent aléatoire. Les spécialistes des banques privées, comme les experts indépendants, recommandent de ne pas y allouer plus de 5 à 10 % de ses actifs. Il ne faut pas escompter un éventuel retour sur investissement avant cinq à dix ans.

« De façon générale, avertit Antoinette Leonardi, responsable du conseil en art de BNP Paribas Wealth Management, les placements en art sont peu liquides. Une détention de dix ans est souvent recommandée. C'est assez comparable à l'immobilier, il y a des cycles. Face à une urgence de vendre, ces placements nécessiteront néanmoins un certain délai pour être bien vendus. »

Lire la suite de l'article par Anne-Sophie Vion pour les Echos