thumb Logo Museum GaleryAprès la finance, Paypal investit le domaine de l'art et offre une visibilité sans précédent aux artistes Museum Galery.


thumb Logo PaypalPaypal, de la finance à l'Art.

Le géant de la finance électronique Paypal ouvre les portes de l'art en s'associant à la plateforme Museum Galery et diversifie ainsi son activité jusque là strictement commerciale. Pour la première fois, le leader mondial des paiements en ligne soutien à travers son espace shopping la nouvelle interface e-commerce d'œuvre d'arts de la plateforme Museum Galery, offrant ainsi une visibilité de plus de 150.000 vues uniques par mois aux artistes exposés.

thumb Lart et la fiscaliteParis, France – le 25 novembre 2013 – A&F Markets annonce la sortie de "L’art et la fiscalité du collectionneur dans le monde", son guide détaillant les différents systèmes fiscaux qui s’appliquent à l’art à travers le monde. « L’art jouit d’une taxation particulière dans la plupart des “grands” pays. Néanmoins, personne ne s’était attaqué à comparer les différents systèmes fiscaux alors même qu’ils sont très influents sur la localisation des transactions. » indique Antoine Cadeo de Iturbide, responsable des opérations d’A&F Markets et auteur de "L’art et la fiscalité du collectionneur dans le monde", son premier ouvrage.

France - Alors que le projet de budget du gouvernement français prévoyait un relèvement de la TVA sur l’importation des oeuvres d’art de 7 à 10 %, les députés ont voté la mise en place d’un taux réduit de 5,5 %.

 - english below -

Paris - Décollection  - Le statut de l’art à l’ère de la connaissance

Paddle8*, maison de ventes aux enchères d’une nouvelle génération basée à New York et Los Angeles, organise la vente aux enchères « Décollection » de la Biennale de Paris du 21 octobre au 3 novembre 2013 sur http://paddle8.com/

La Biennale de Paris a été fondée en 1959 par André Malraux qui souhaitait en faire un lieu de rencontres où devaient s’expérimenter les nouvelles modalités d’un art du futur. La 18e édition a commencé le 1er octobre 2012 et prendra fin le 30 septembre 2014.

Singapour - Le Financial Times publie une étude sur la situation des galeries à Singapour. Le journal a étudié la stratégie, les coûts et la clientèle d’une galerie de Singapour ouverte par des Européens. Cette étude de cas porte sur Frédéric de Senarclens, propriétaire de l’Art Plural Gallery, une galerie initialement destinée à être située dans sa nouvelle maison d’Emerald Hill, à Singapour.

thumb pierreCela fait maintenant une bonne dizaine d’années que Pierre RIOLLET peint quotidiennement, participe à des foires d’Art contemporain et vend ses tableaux via une poignée de galeries en France et en Belgique.

Il a souhaité, en vous présentant ce premier catalogue de reproductions à tirage limité, permettre à un plus large public d’acquérir une pièce artistique de grande qualité. Certes, moins prestigieuse qu’une toile originale, les reproductions qu'il propose d’acquérir n’ont pas un statut banal.

L'atelier de restauration de tableaux "l'Accro des toiles" à Châteaurenard (13) réalise des travaux de conservation et de restauration pour une clientèle privée, collections particulières, marchands - antiquaires, et pour des collectivités publiques ou privées.

 

 

 

 

Écoles d’art souhaitables

thumb logo iheapPour dessiner les contours de ce que serait une école d'art en phase avec les enjeux du 21e siècle, l'Iheap recueille le maximum d’avis sur la question :

« Que devrait être une école d'art ? »

L'Iheap vous remercie par avance pour votre réponse qui prendra éventuellement place dans une publication intitulée « Écoles d’art souhaitables ».

Envoyer votre réponse à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

thumb La-Cene-de-Marco-dOggiono-avant-restauration-c-J-Beylard-et-M-FerrierRestauration publique de la Cène au château d’Ecouen

Le musée national de la Renaissance au château d'Écouen a entamé une restauration d’envergure de la Cène de Marco d'Oggiono d'après Léonard de Vinci. Cette dernière est exceptionnellement ouverte au public dans la chapelle du Château.

thumb 1698574 3 9fe7 l-oeuvre-la-plus-chere-echangee-l-an-passe-chez d6e7f2d7f676ffe01cc6de0ee5eb9e81Le marché de l'art à l'international continue d'être florissant.

En tout cas si l'on s'appuie sur les chiffres donnés par Christie's. La maison d'enchères, propriété de François Pinault, a vu ses ventes internationales progresser de 10 % en 2012 par rapport à 2011. Elles ont atteint 6,3 milliards de dollars (4,7 milliards d'euros). Ces montants incluent les frais.

2013, confirmation ou coup d'arrêt pour le marché de l'art français?

Depuis quelques années, le marché de l'art français a retrouvé des couleurs. Mesuré par son chiffre d'affaires, il reste certes loin derrière ses concurrents chinois, américain ou britannique, qui réalisent ensemble plus de 80% du marché mondial, quand la France ne représente qu'à peine 5%. Mais chacun reconnaît qu'il "se passe quelque chose", grâce au mélange d'un ensemble d'ingrédients : le travail de fond, à rebours des effets de mode, effectué par de nombreux marchands et galeries français, l'internationalisation et la qualité croissantes des ventes aux enchères organisées à Paris, la densité et le dynamisme de foires ou d'événements comme la FIAC, Paris-Photo, la Biennale des Antiquaires, Paris-Tableau ou Parcours des Mondes (pour les arts premiers)... La fin de l'année 2012 a donné plusieurs illustrations de cette capacité d'attraction renouvelée : Larry Gagosian, marchand américain, et Thaddaeus Ropac, galeriste autrichien, se sont adjoints de nouveaux espaces d'exposition en banlieue parisienne, les collectionneurs italo-belges Zaira et Marsel Mis ont choisi notre capitale pour mettre aux enchères leur collection d'art du XXème siècle, et le galeriste allemand Michael Werner a lui élu le musée d'art moderne de la Ville de Paris pour y faire une donation importante.

thumb MuruaniNoirhommeSi l’on tente une analyse globale sur un marché de l’art qui ne l’est pourtant pas tant que cela, l’on ne peut qu’être surpris pas sa dualité. Sur le marché actuel, ou bien les prix sont meilleurs que jamais, ou bien ils n’ont jamais été aussi bas…

Les temps ont changé. Et heureusement dans la mesure où le médiocre est relégué aux brocantes. Malheureusement, lorsque des œuvres « honnêtes » mais sans génie ne sont plus recherchées. Tout n’est plus de nos jours qu’une question d’époque. Prenez un ébéniste de qualité moyenne, mais (horreur !) produisant au XVIIIe siècle : il n’y a plus personne pour s’y intéresser. Prenez un designer du XXe siècle, pas n’importe lequel, mais tout aussi moyen que notre ébéniste du siècle des Lumières, et les enchères fusent.

Page 2 sur 6