Anne de Crécy

Anne de Crécy

Née en Bourgogne vit et travaille dans le Gard
30250 SALINELLES 

Tél   : 04 66 77 78 39
Port : 06 61 32 03 65

Site : www.annedecrecy.fr

Facebook: https://www.facebook.com/Anne-de-Cr%C3%A9cy-404036503111994/?ref=bookmarks

Peintre-sculpteur pour le théâtre depuis 1980, 1ère exposition de mon travail personnel à partir de 1996, depuis 2003 je me consacre à la sculpture.

Expositions de groupe et personnelles / actuellement à la Galerie Art fresque Povera.

 

Distinctions:

1998 : 1er prix de la ville de Nîmes (peinture),

2000 : prix de la presse (peinture).

2005 : Médaille de bronze à Carcassonne (sculpture)

2010 : Prix de la ville à Servian (sculpture)

2013 : Prix d'excellence (sculpture) salon de Florensac (34)

2013 : Médaille d'or (sculpture) salon de Béziers (34)  mai

2013 : Prix de sculpture 10ème salon d’arts d’Axat (11) août

2013 : Prix du jury 27ème salon d’art Francis Chedozeau Saint-Just (34) octobre

2015 : Prix de la sculpture salon d’art contemporain de Clermont-Ferrand

Mes sculptures racontent des histoires au travers de deux démarches techniques :

- Une description objective avec les personnages que je mets en scène, au plus près du vivant possible ; par leur intermédiaire j’essaie de témoigner sur le monde dans lequel nous nous débattons (instabilité, vitesse, enfermement, questionnement sur l’individu,…), iIs apportent la précision et le pittoresque.
- Une description subjective en choisissant de mettre mes personnages dans des décors abstraits, mécaniques, naturels ou hors dimensions; traduisant incertitudes, limites de rupture ou chutes prévisibles,...  permettant le rêve ou le souvenir et à chacun de raconter sa propre histoire.

 

S.Girrone:

« Des formes, des atmosphères nous entraînent dans les recoins de notre imaginaire avec cette impression persistante d’avoir déjà vu, ressenti ou vécu la situation. Un instant suspendu qui nous concerne.

Force, vie, fragilité ou ténacité des personnages les rendent proches et attachants, presque nous en somme.

Comment ne pas forcer avec eux lors de la construction de «  l’Ossature »,  comment ne pas se sentir sur le même radeau à la dérive que dans « Terre 1 », comment  ne pas se reconnaître dans chaque sculpture de Anne de Crécy, autant de partages fugaces de notre quotidien.

Ses sculptures, témoignages de l’époque actuelle, ont le souci permanent de l’attention à l’autre. »