Annonces à la Une

Angleterre - Le programme de la BBC Antiques Roadshow a découvert une authentique peinture de van Dyck, antérieurement considérée comme une copie, et datant des années 1630. La peinture, qui est le portrait d’un magistrat de Bruxelles, est vue comme une étude pour une plus grande oeuvre de 1634, a été achetée pour 400 livres il y a une dizaine d’années par un prêtre, Father Jamie MacLeod.

thumb 3-medailles-academie-pour-Seb-transparent1-300x166Brest - La Timonerie est un site boutique en ligne qui vend et expédie partout en France et dans le monde. Les objets d'art de marine s'adressent à tous les passionnés collectionneurs d’objets et d’antiquités de Marine. Raoul Le Lann vous propose le meilleur de ses découvertes.

C'est un investissement qui se montre et se porte au poignet. Un actif que l'on peut transmettre de génération en génération. Les montres de collection sont entrées il y a quelques années dans le cercle fermé des placements plaisir, non soumis à l'ISF. « A la base, c'est un objet qui donne l'heure et qui est devenu au fil du temps une valeur refuge, voire une valeur spéculative », constate Christian Odin, fondateur de Cresus.fr, l'un des principaux acteurs de la montre d'occasion en France. « C'est un produit où il y a une très grande régularité, avec peu de crise, à la différence de certains produits financiers traditionnels. Certaines montres exceptionnelles disposent d'un gros potentiel de valorisation, mais pour la majorité, les prix augmentent de façon régulière. Il y a bien eu un phénomène de spéculation il y a cinq ou dix ans, mais le marché est redevenu plus sain depuis 2009. »

La maison Bonhams organisait cette semaine une vente aux enchères de pièces de monnaie américaine, dont certaines très rares. Plusieurs ont dépassé les 100.000 dollars.

thumb 638855 0203203492406 web teteC’est un autre placement plaisir qui demande érudition, patience et intérêt pour l’Histoire, les pièces de monnaie. Les belles collections peuvent prendre beaucoup de valeurs (Cf notre dossier Numismatique sur les Echos/Patrimoine) avec le temps, notamment pour les pièces en or. Même si l’or est à la peine depuis quelques mois, certaines pièces atteignent des sommes astronomiques, comme on vient de le voir lors d’une vente aux enchères organisée par Bonhams aux Etats-Unis. Un lot de cinq pièces commémoratives vient ainsi de partir pour 175.500 dollars (128.411). Une valeur d’autant plus élevée que les pièces commémoratives sont beaucoup moins recherchées et appréciées que les pièces de monnaie. Ces pièces de 1915, en or, ont été fabriquées pour l’exposition internationale Panam-pacific de San Francisco. La pièce de 50 dollars frappée spécialement pour la cérémonie d’ouverture.

Il existe des solutions pour assurer sa collection d’oeuvre d’art. Une option facultative qui peut être intéressante, car certains sinistres sont désastreux.

Assurer sa maison n’est pas obligatoire pour un propriétaire. Pourtant, il viendrait à l’esprit de peu de gens de se passer, sciemment, d’une assurance contre l’incendie, les dégâts des eaux, le vol etc. De la même façon, il peut être judicieux, voire prudent, d’assurer sa collection d’oeuvres d’art, tant un accident peut vite arriver. Une œuvre d’un grand artiste contemporain mondial achetée à New-York et qui arrive en mille morceaux. Préjudice : 400.000 euros. Un tableau perforé par un collectionneur lors d’une manutention. Coût de la restauration et dépréciation de la valeur de l’œuvre : 215.000 euros… Deux exemples récents de sinistres remboursés par Hiscox France, un spécialiste de l’assurance dans le domaine de l’art.

Bijoux, montres de luxe, oeuvres d'art, livres anciens, vins, forêts… Il existe une large palette de « placements plaisir » permettant d'allier centres d'intérêt personnels et rendement purement financier.

thumb 638663 0203201429724 web teteQuand on parle de placement plaisir, il faudrait mettre le mot plaisir avant celui de placement. Acheter un tableau ou une sculpture relève de l'émotion et du goût (voir page 35). Il peut être question de prestige social, mais aussi d'un projet de vie. On assouvit sa passion pour le vin en achetant un vignoble ; pour la chasse, en acquérant une forêt. Opter pour les montres, les timbres ou les livres anciens traduit également l'âme du collectionneur.

Des acheteurs toujours plus nombreux et de plus en plus riches. Des ventes qui atteignent des chiffres record. La folie qui s'est emparée du petit monde des enchères impose un niveau de stress inédit aux professionnels du secteur. Et provoque des départs en chaîne.

thumb 638582 0203201837657 web tete« Dallas, ton univers impitoyable… » A en juger par les remous qui ont secoué le microcosme des enchères d'oeuvres contemporaines en cette fin d'année, le monde de l'art n'a rien à envier à celui du pétrole. L'un des commissaires-priseurs stars, Tobias Meyer, qui peut se targuer d'avoir obtenu, lors des dernières ventes d'art contemporain de Sotheby's à New York, le plus important chiffre d'affaires jamais réalisé en une soirée par cette maison - soit 380 millions de dollars dont 105,4 millions pour le « Silver Car Crash » d'Andy Wharol - a été remercié après plus de vingt ans de bons et loyaux services. Ses résultats n'ont pas été à la hauteur de son concurrent Christie's, qui a atteint le score de 691,6 millions de dollars - dont 142,4 millions pour le seul triptyque de Bacon - et ils n'ont pas satisfait les espérances de Daniel Loeb, le « hedge funder » devenu le premier actionnaire de Sotheby's. Tobias Meyer a probablement servi de fusible au PDG de la multinationale américaine de l'art, Bill Ruprecht, menacé lui-même d'être remercié, après les vives critiques émises à son encontre l'été dernier par Daniel Loeb.

LaMaisondesArtistesLes artistes auteurs des arts graphiques et plastiques ont répondu présent à l’appel lancé par l’Association La Maison des Artistes en réaction au projet de création d’une caisse unique des artistes auteurs, émis par les trois ministères de tutelle fin janvier, sans aucune concertation des représentants de La Maison des Artistes. Lire l'article

Des Émirats à la Chine capitaliste, une génération de collectionneurs a émergé. Ils imposent leur loi au marché.

La carte du monde de l'art change-t-elle radicalement, comme celle de l'Europe moderne après les voyages de Christophe Colomb ? C'est le propos de l'artiste libanais Walid Raad qui invite à relire l'histoire de l'art au Musée du Louvre et à inverser le regard de l'Occident sur l'Orient. Les faits sont là. Le Moyen-Orient, guidé par le Liban bilingue et sa diaspora cultivée, bouillonne de projets. Les pays du Golfe, riches de l'or noir, s'achètent musées et tableaux trophées, rubis sur l'ongle.

La Chine nouvelle a vu naître des collectionneurs à la fringale impériale: quelque 360 musées privés ont ouvert en 2012. Après des débuts un peu voyants, la Russie post-soviétique et ses nouveaux pays limitrophes entament la phase II, déjà plus posée, de leur métamorphose capitaliste. Le Brésil, puissance mondiale en pleine croissance, abrite des musées privés stupéfiants comme Inhotim à une heure de vol de Rio. L'Inde princière vit à Londres. Et Singapour, port franc, fait rêver avec le pouvoir d'achat faramineux de ses «baba bling». Tous ces pays émergents ont leurs milliardaires qui misent sur l'art pour valoriser leur fortune nouvelle.

Deux ventes célèbrent deux mythes de la culture françaises. Dispersion de souvenirs du chanteur Maurice Chevalier et du peintre Kees Van Dongen

Le roi du Caf’conc aux enchères
Le roi du Caf’conc aux enchères

Chacun à sa manière a représenté un mythe français. L’un fut un grand chanteur populaire international. Il s’appelait Maurice Chevalier (1888-1972) et fut le roi des caf’conc’ de Ménilmontant avant de partir dans les années 1930 à Hollywood, où il incarne alors le rôle du Français au canotier et à l’accent à couper au couteau. Avant de revenir en France et de vivre confortablement dans sa grande villa de Marne-la-Coquette, près de Paris. Le 9 décembre, une vente aux enchères judiciaire, qui se tiendra à l’Hôtel Drouot (1), réglera la succession de sa dernière compagne, décédée en mai dernier. L’ensemble est estimé 140.000 euros.

thumb Logo Museum GaleryAprès la finance, Paypal investit le domaine de l'art et offre une visibilité sans précédent aux artistes Museum Galery.


thumb Logo PaypalPaypal, de la finance à l'Art.

Le géant de la finance électronique Paypal ouvre les portes de l'art en s'associant à la plateforme Museum Galery et diversifie ainsi son activité jusque là strictement commerciale. Pour la première fois, le leader mondial des paiements en ligne soutien à travers son espace shopping la nouvelle interface e-commerce d'œuvre d'arts de la plateforme Museum Galery, offrant ainsi une visibilité de plus de 150.000 vues uniques par mois aux artistes exposés.

thumb Lart et la fiscaliteParis, France – le 25 novembre 2013 – A&F Markets annonce la sortie de "L’art et la fiscalité du collectionneur dans le monde", son guide détaillant les différents systèmes fiscaux qui s’appliquent à l’art à travers le monde. « L’art jouit d’une taxation particulière dans la plupart des “grands” pays. Néanmoins, personne ne s’était attaqué à comparer les différents systèmes fiscaux alors même qu’ils sont très influents sur la localisation des transactions. » indique Antoine Cadeo de Iturbide, responsable des opérations d’A&F Markets et auteur de "L’art et la fiscalité du collectionneur dans le monde", son premier ouvrage.

Page 1 sur 6