Flea Market

Il ne faut pas forcément faire directement une offre !

Parfois il est préférable de ne pas faire une offre au marchand en voyant un objet que l'on souhaite acquérir.
Vous pouvez attendre du marchand qu'il vous propose lui même un prix en lui demandant: "Ca peut faire combien ?"* Il vous donnera alors son prix le plus bas.

 
Deux situations:

1 - Vous souhaitez acquérir un vieux tableau dans une brocante dont le prix est affiché à 300 euros. Vous demandez "Il en faut combien ?".*

Le marchand vous répondra "300 euros" puisque le prix est mentionné sur le tableau. Vous lui demandez "Ca peut faire 250 euros?" Il y a des chances qu'il vous dise "D'accord, va pour 250". et vous partez avec le tableau à 250 euros.

Assurance d'oeuvres

Assurances

Eric Hemeleers, courtier spécialisé, nous livre le B.A.-ba en la matière.

« Aujourd’hui, beaucoup de collectionneurs estiment qu’ils sont correctement couverts parce qu’ils ont un contrat habitation classique, couvrant le contenu. Or dans ce type de contrat, la couverture est limitative, c’est-à-dire qu’il nomme les sinistres couverts (généralement incendie, vol, dégâts des eaux…). Si le sinistre ne fait pas partie de ces catégories, il n’est tout simplement pas couvert. Pour assurer des œuvres d’art, il est intéressant d’inverser la réflexion et de se pencher vers une qualité de couverture tous risques. En d’autres mots, tout est couvert et le “contracteur” ne doit porter une attention particulière qu’aux exclusions. De ce fait, l’assuré jouit du confort dû à l’étendue de la couverture et dispose d’un contrat lisible et facile à comprendre. Enfin, ce système repose sur l’inversion de la charge de la preuve (c’est à l’assureur et non à l’assuré de prouver que le sinistre n’est pas couvert). »

Entretenir ses oeuvres

Comment conserver et restaurer ses oeuvres.

Les conseils de Véronique Baccarini, restauratrice de tableaux et membre de l'Association professionnelle de conservateurs-restaurateurs d'oeuvres d'art à Bruxelles:

– Eviter de placer un tableau au-dessus d’une cheminée, à proximité d’une source de chaleur forte ou d’un éclairage direc. Eviter les endroits humides ou trop secs ainsi que les chocs thermiques.

– Veiller à ce qu’il y ait une circulation d’air entre le mur et le tableau. Si l’œuvre est sous verre, il faut que l’air puisse passer sinon un microclimat risque de s’installer et des moisissures d’apparaître.